Eviter le procès, c’est d’abord éviter l’aléa judiciaire, l’issue d’une procédure pouvant varier d’un magistrat à l’autre.

C’est également diminuer une forme de « violence institutionnelle du judiciaire » face aux modalités de restitution de la décision ; le justiciable se retrouve parfois seul quand il découvre le contenu de celle – ci et n’a pas d’accompagnement pédagogique et, ce, après de longs délais d’attente.
Pour beaucoup de justiciables, les décisions rendues sont trop complexes et, la justice, trop lente et souvent inefficace.

Texte de présentation de la conférence en PDF